Mandat d’impulsion scientifique (MIS), 2006-2008

Intimités, sexualités et normes sociales.
Pour une histoire comparée des pratiques occidentales aux 19e et 20e siècles.



Le projet

Ce mandat d’impulsion scientifique (FRNS FRFC) a été obtenu en 2006 par Valérie Piette (Faculté de Philosophie et Lettres, Histoire contemporaine), sur la base d’un projet réfléchi en collaboration avec Régine Beauthier, juriste, et Barbara Truffin, anthropologue et juriste. Il a permis l’engagement (2006-2010) de trois chercheurs post-doctoraux (FRFC) : Catherine Deschamps (historienne et anthropologue), Christelle Taraud (historienne) et Laurent Gaissad (sociologue).

Il s’agissait de poser les premiers jalons d’une véritable recherche pluridisciplinaire articulée sur les thématiques «genre et sexualité». La transdisciplinarité constitue en effet une démarche indispensable dans un domaine où toutes les études réalisées dans une discipline prennent acte de la difficulté ou du refus de d’intégrer des travaux effectués dans les autres disciplines de sciences humaines.

Le constat sur la base duquel le projet a été initié était triple. D’une part, le préjugé selon lequel les sexualités sont, par définition, anhistoriques, car « naturelles » et « immuables », est désormais sérieusement érodé, même s’il a encore de farouches partisans. D’autre part, les études de genre, produits de l’histoire des femmes, ont eu du mal à s’engager dans des recherches sur les sexualités, tant elles étaient liées au refus d’assimiler les femmes à leur sexe. Enfin, les recherches en Europe continentale et dans ses colonies sont à la traîne.

En matière de sexualités, la fin du 19e siècle paraît un tournant crucial. D’une part, la morale bourgeoise qui s’impose à toutes les classes sociales à cette époque génère une catégorisation des comportements sexuels et une pudibonderie qui relèguent la pratique de la sexualité dans l’ombre et dans le non-dit. Paradoxalement -et sans doute consécutivement - le sexe est au même moment l’objet de discours frénétiques et obsessionnels. La sexualité féminine effraie de plus en plus, une nouvelle morale émerge exaltant à la fois la pureté des femmes et les besoins « naturels » des hommes. Nos sociétés contemporaines restent en partie tributaires de ces représentations bourgeoises de la sexualité. Ces constructions complexes combinées aux enjeux économiques et politiques contribuèrent au développement de nouvelles normes et de nouveaux modèles, comme le fameux « retour » de la femme au foyer ou le natalisme. D’autre part la fin du 19e siècle voit également l’apothéose des empires coloniaux où l’homme occidental conquérant est confronté à la nudité, aux comportements familiaux et aux sexualités autres. Si certains discours, notamment le discours médical, commencent à être mieux connus, d’autres devraient être explorés systématiquement par exemple les discours juridique, politique ou religieux. Par ailleurs les pratiques restent largement inconnues en raison des difficultés que leur investigation soulève.

Comment les sociétés européennes, profondément secouées et bouleversées au cours des 19e et 20e siècles, ont-elles appréhendé les sexualités et les intimités ? Répondre à cette question implique tout d’abord une réflexion méthodologique approfondie sur les voies d’accès aux pratiques sexuelles qui ne se limiteraient pas à celles qui sont qualifiées de déviantes. Un des enjeux de cette étape consiste à la détermination et au défrichement des sources pertinentes (notamment rapports de confessions, archives policières et judiciaires, journaux intimes, correspondance, etc.).

L’histoire de la sexualité et des intimités ne pourra se faire que dans une démarche de confrontation des méthodes et des sources, ce qui a déterminé la première étape du projet. Un important travail de constitution d’une bibliographie internationale critique a déjà été réalisé, puisque le projet est résolument comparatiste. Cette bibliographie est déjà en partie consultable sur notre site.

Deux thématiques, choisies en raison des difficultés méthodologiques qu’elles soulèvent, ont été sélectionnées pour articuler les travaux empiriques : la pornographie et la sexualité conjugale.

Deux journées d’études ont été organisées : « L’histoire contemporaine de(s) hétérosexualité(s) : un impensé de la recherche ? » (octobre 2007) et « Les mises en scènes de la sexualité et leur (dis)qualification. Obscénité, pornographie et censure » (avril 2008).

Les chercheurs post-doctoraux ont poursuivi leur activité scientifique dans le cadre du projet. Voici les publications et contributions réalisées dans la période du mandat, ainsi que les participations à des colloques internationaux :

  • Deschamps Catherine, « Ville et prostitution : rivales et riveraines », Recherches anthropologiques et sociologiques, Bruxelles (projet d'article validé, article rendu, parution en 2008).
  • Deschamps Catherine & Gaissad, Laurent, « Des sexualités dans l'espace public. Moments "autres" et co-voisinages multiples », Espace, Population et Société, Lille, à paraître en octobre 2007.
  • Deschamps Catherine, « La figure de l'étrangère dans la prostitution", Autrepart : Revue de sciences sociales du Sud, été 2007, n°42, p. 39-52.
  • Gaissad Laurent, « The territorial dimension of sexuality: an example to conceptualize frontiers and identities in urban / rural historiography », communication à la Conference Européenne CLIOHRES (TWG 5) History and stone: Scales of frontiers and identities within the cities and their hinterlands, Cracovie, Pologne, 6-9 Septembre 2007.
  • Gaissad Laurent, « Le jardin hanté : aux marges de la citoyenneté et de la santé sexuelles », Colloque International : La fabrique des populations problématiques par les politiques publiques, Nantes, France, 13-15 juin 2007.
  • Gaissad Laurent, « Sex in public space : Gendered dimensions of territorial appropriation », communication au Colloque  de l’International Geographical Union (Commission on Gender and Geography), Zurich, Suisse, 1-3 juin 2007.
  • Gaissad Laurent, « Droit de cité pour le sexe ? L’espace public de la sexualité entre hommes en débat », Bulletin d’Histoire Politique, numéro spécial « Homosexualités et politiques », à paraître en 2008.
  • Gaissad Laurent, « De “vrais” hommes entre eux : Lieux de drague et socialisation sexuelle au masculin », Sextant, numéro spécial « Masculinités », à paraître en 2008.
  • Gaissad Laurent, « The taming of the bush : HIV research in gay public spaces », in Donnan H., & Magowan F., Transgressive sex, transforming bodies, Berghahn Books, New York / Oxford, à paraître en 2008.
  • Taraud Christelle, Sexes et colonies. Virilité, homosexualité et « tourisme sexuel ». Maghreb, 1830-1962, Paris, à paraître aux Editions Payot & Rivages, 2009.
  • Taraud Christelle, « Les bagnes de l’Empire au féminin : où comment déporter les opposantes politiques de la métropole dans les colonies françaises, XIXe et XXe siècles », Sextant, numéro 25, Presses de l’Université libre de Bruxelles, 2008.
  • Taraud Christelle, « Genre, sexualité et colonisation », Sextant, numéro 23, Ed. de l’Université libre de Bruxelles, 2007.
arrondi haut
cliquez pour agrandir
arrondi bas arrondi haut
cliquez pour agrandir
arrondi bas
Réalisation : www.exquisse.com    --    Graphisme : www.trinome.be